Créer une stratégie d’éducation en matière de santé sexuelle pour le Yukon qui aide tous·tes les membres de la communauté à participer à l’éducation d’une génération qui ne connaît pas la violence fondée sur le genre. Se concentrer sur les projets de soutien et d’éducation des jeunes hommes et des garçons et sur leur rôle dans l’élimination de la violence à l’égard des femmes, des personnes trans, non binaires, bispirituelles, intersexuées et agenres. Assurer un financement adéquat aux organismes communautaires pour mettre en œuvre ces projets dans toutes les communautés. 

LE DÉFI: 

La violence fondée sur le genre est, à la base, un problème lié aux hommes. Les hommes cis sont les auteurs de la majorité des actes de violence envers tous les autres groupes. Cela ne signifie pas que la masculinité elle-même, ou les corps masculins, sont intrinsèquement violents. En fait, cela signifie que notre société apprend aux personnes dans des corps masculins à interagir avec le monde de manière violente et privilégiée. Nous devons cesser de nous demander pourquoi tant de femmes, de personnes trans, non binaires, bispirituelles, intersexuées et agenres sont victimes de violence, et commencer à nous demander pourquoi tant d’hommes cis commettent des actes de violence.

La violence fondée sur le genre se déroule souvent de manière bien précise. Presque toutes les personnes commettant l’acte de violence suivent des étapes semblables. La formule est la même, qui que soit la personne qui commet l’abus (homme, femme, personne trans, cis, queer ou hétérosexuelle) et qui le subit. Alors, où les gens apprennent-ils l’abus? La plupart des personnes qui commettent des actes de violence ne se réveillent pas avec un plan pour être abusives, elles n’ont pas acheté un livre et suivi un guide en 12 étapes sur la façon d’isoler et de rabaisser quelqu’un. Le facteur en jeu est le conditionnement sociétal, ce sont les médias que nous consommons, les relations que nous observons chaque jour depuis notre naissance, les rôles de genre qui régissent la façon dont les gens autour de nous vivent et se comportent en tant qu’hommes ou femmes, ou personnes non binaires. Il s’agit d’un guide basé sur la misogynie, le patriarcat et la suprématie blanche, qui privilégie le plaisir, les privilèges et la suprématie des hommes blancs cis, et c’est pourquoi ils sont le plus souvent les auteurs des actes de violence.
 

Les rôles de genre et ce guide sont ancrés dans notre subconscient et ils colorent notre façon de voir le monde et nos attentes en matière d’interaction avec les autres. Nous ne pouvons plus nous permettre cette excuse. Nous devons faire mieux. Il faut que tout le monde, mais surtout les garçons et les hommes cis, commence à explorer et à comprendre les rôles de genre qui influencent notre façon de penser et de traiter les femmes, les personnes trans, non binaires, bispirituelles, intersexuées et agenres. C’est en défaisant ces rôles de genre que nous pourrons commencer à nous pencher sur les raisons pour lesquelles les hommes recourent à la violence.


 

CE QUI DOIT SE FAIRE :

Les rôles de genre sont enseignés dans notre vie de tous les jours. Pour les remettre en question, nous devons faire des efforts conscients pour parler des rôles qui guident notre comportement et les défaire. L’éducation sexuelle complète est un endroit où nous pouvons avoir ces conversations.  

Au Yukon, l’éducation sexuelle est intégrée au programme scolaire et le gouvernement du Yukon a mis en place des mesures de soutien pour que les enseignant·e·s puissent offrir ce programme. Dans la pratique, cependant, l’éducation sexuelle n’est pas enseignée de manière cohérente dans les écoles du Yukon et elle est loin d’être complète.

Les étudiant·e·s nous disent régulièrement que l’éducation sexuelle n’est pas enseignée de manière cohérente; qu’elle se concentre uniquement sur la reproduction et les ITS; qu’elle ne couvre pas le consentement, les relations saines et l’identité, ni les rapports sexuels protégés pour les jeunes 2ELGBTQQIA+; que les apprentissages ne sont pas adaptés culturellement aux jeunes autochtones; et qu’elle n’est pas bien enseignée aux enfants neurodivergent·e·s ou handicapé·e·s.

Actuellement, il n’y a pas de groupes d’activisme actifs au Yukon où les hommes s’engagent à prévenir la violence contre les femmes et à y mettre fin, mais il y a eu quelques tentatives sporadiques de créer des espaces de discussion pour les hommes et les garçons afin d’explorer ce que signifient la masculinité saine et le féminisme pour les hommes.  

Nous devons faire mieux, dans nos écoles et dans nos communautés. Cela signifie :  

  • Créer une stratégie complète d’éducation sexuelle dans nos écoles et nos espaces jeunesse partout au Yukon, qui offre un soutien adapté aux corps enseignant·e·s et aux adultes responsables pour aborder ces sujets avec confiance; qui est pertinente sur le plan culturel; et qui répond aux besoins uniques des étudiant·e·s 2ELGBTQQIA+. Collaborer avec la direction d’organismes de jeunes et de promotion de l’équité pour élaborer le plan.
     
  • Encourager la création et le financement d’efforts durables et continus pour mobiliser les jeunes hommes et les garçons à tenir des discussions sur la masculinité saine.
     
  • Encourager les parents et les familles à tenir ces discussions à la maison.  

 

QUE POUVEZ-VOUS FAIRE? 

  • Demandez au gouvernement de créer une stratégie globale d’éducation à la santé sexuelle pour le Yukon.
     
  • Commencez à avoir des discussions à la maison (voir les ressources ci-dessous). Vous pouvez participer à l’abolition des rôles de genre. Brisez les tabous et apprenez à aborder ces sujets avec assurance.
     
  • Parlez à l’enseignant·e de votre enfant pour savoir quel type de programme d’éducation sexuelle est abordé dans sa classe.  

LEARN MORE ABOUT THIS ISSUE