Conseils aux témoins

Dans le tiers des cas d’agression à caractère sexuel, certaines personnes sont témoins d’événements précurseurs de l’agression, ce qui les met dans une position essentielle pour intervenir et potentiellement éviter une agression.

 

Au quotidien, nous sommes témoins d’actes et de paroles qui créent une culture cautionnant la violence à caractère sexuel, qu’il s’agisse de blagues, du refus de croire les victimes ou de la justification des comportements violents, par exemple « c’est tellement une bonne personne » ou « il n’est comme ça que lorsqu’il a trop bu ».

 

Les témoins jouent un rôle important. Lorsque nous défendons nos convictions, nous faisons évoluer le dialogue et rehaussons la barre pour créer une nouvelle normalité. La violence à caractère sexuel est inacceptable. Vos gestes, aussi insignifiants qu’ils puissent paraître, peuvent réellement changer les choses.

Comment agir et défendre nos convictions?

Défendez les victimes

Si une personne vous avoue qu’elle a été victime de violence à caractère sexuel, écoutez-la, croyez-la et défendez-la. Il n’y a rien de plus simple. Ne lui demandez pas combien elle a bu ou ce qu’elle portait; cela n’excuse en rien la violence à caractère sexuel qu’elle a subie.

Créez une diversion

Si vous voyez qu’une femme est importunée et se sent mal à l’aise, créez une diversion pour l’aider à s’en aller. Posez une question à l’agresseur ou bousculez-le au passage. Si vous connaissez la femme ciblée, amorcez une conversation ou appelez-la sur son téléphone cellulaire pour lui permettre de se soustraire à la situation.

Donnez le ton aux discussions entre amis

Refusez de raconter des blagues à caractère sexiste ou d’en rire ET dénoncez les comportements sexistes de vos amis. Si vous tolérez de tels comportements, on pourrait croire à tort que vous les acceptez. Les blagues ou commentaires diminuant la gravité de la violence à caractère sexuel sont malheureusement fréquents dans plusieurs milieux. Nous vivons à une époque où les hommes font des blagues sur le viol, harcèlent les femmes et justifient leurs paroles en disant qu’il s’agit de « conversations de vestiaire » sans grandes conséquences. Si l’un de vos amis fait une blague sexiste, ne l’ignorez pas. Exprimez votre désapprobation à voix haute, afin que l’on ne puisse pas confondre votre silence avec une approbation.

Intervention de groupe

Misez sur la force du nombre! Rassemblez vos amis pour intervenir en groupe. Agissez comme si vous connaissiez la victime et invitez-la à se joindre à vous. Tentez de mettre une barrière entre la victime et l’agresseur.

Élevez vos fils pour qu’ils deviennent des hommes formidables

Si vous avez des fils, sachez que vous avez une influence considérable sur la manière dont ils agiront plus tard. Profitez de chaque occasion possible pour donner l’exemple et pour amorcer des discussions sur le consentement, sur leur rôle dans ce contexte et sur l’égalité des sexes.